Le drone est-il la nacelle de demain ?

drone btp

Faire une inspection, un relevé, une mesure thermique, accéder rapidement à des zones difficiles d’accès, y compris par temps froid… et sans monter sur une échelle ou une nacelle ? Une promesse qui peut intéresser de nombreux professionnels du bâtiment !

Tout le monde le connait désormais, il a fait son entrée dans le monde civil depuis quelques années, et avec 1 million d’exemplaires vendus à chaque Noël, il fera bientôt partie de notre quotidien… il s’agit bien sûr du drone.
Cet équipement, un peu comme les nacelles dans les 10 dernières années, va très certainement devenir un outil de travail pour certains professionnels du bâtiment (couvreurs, étancheurs, thermiciens…) et limiter les déplacements humains pour réaliser les travaux en hauteur.

Alors, en pratique, que peut faire un drone ? Quel investissement cela représente t’il ? Et au quotidien, à quelles contraintes est soumise une utilisation professionnelle de drone ?
CF2i a mené l’enquête…

 

Que peut faire un drone ?

Le drone a le grand avantage de pouvoir suivre une trajectoire et stationner très précisément, il est également très léger (entre 1 et 10 kg) et relativement robuste.

Il peut ainsi réaliser des travaux :

  • D’inspection : une caméra enregistre une vidéo et des photos qui peuvent également être retransmises en direct sur un écran déporté.
  • De prise de photos : un appareil prend des clichés. Un logiciel de montage photo et de photogrammétrie permet ensuite de réaliser un assemblage des photos et de reconstituer le bâtiment en 3D.
  • De relevé thermique, une caméra Infra Rouge mesure les températures et détecte les fuites thermiques et infiltrations.

Pour ce qui est de réaliser des travaux (le drone-robot), on peut l’imaginer… mais ce n’est aujourd’hui (en 2017) qu’un rêve !

 

Quels sont les pré-requis pour travailler avec un drone ?

drone travaux

Pour une utilisation de loisir, il suffit d’acheter un drone et de le faire voler dans son jardin, ou dans un champ (avec l’accord du propriétaire) sans « espionner » ses voisins. Mais pour une utilisation professionnelle de drone, outre l’achat d’un équipement adapté (drone, appareil/caméras, logiciels…), il est nécessaire de disposer d’un brevet de TELEPILOTE DRONE. Ce diplôme donne la qualification « Opérateur de drone » qui permet de réaliser tout type de prestation :

 

  • Pour son propre compte
  • Pour le compte d’autres partenaires / clients

L’obtention de ce brevet nécessite une formation dispensée par un organisme de formation spécialisé.

 

Et ensuite, au quotidien, comment utiliser (professionnellement) un drone?

Comme pour tout aéronef, pour faire voler son drone, il est nécessaire d’analyser les caractéristiques de la zone de vol :

  • Sa proximité avec une zone de décollage/atterrissage d’avions ou autres aéronefs (aéroport, aérodrome…)
  • Sa proximité avec des zones « sensibles » : zone militaire, centrale nucléaire, usine de traitement chimique…
  • La densité urbaine : ville, bourg ou campagne…
  • Un espace public (rue) ou privé

Aucun vol n’est « impossible », mais en fonction de la présence d’une ou plusieurs de ces contraintes, le vol d’un drone pourra nécessiter des autorisations plus ou moins complexes et longues :

  • DGAC ou autre autorité aéroportuaire
  • Autorisation préfectorale
  • Autorisation municipale
  • Autorisation du propriétaire ou gestionnaire du lieu…

Ici encore les choses ont évolué et continuent à évoluer rapidement et régulièrement. La réglementation s’assouplit pour tenir compte des enjeux économiques et de montée en compétence des pilotes, et pour intégrer les bénéfices de la solution en termes de sécutité.
Aujourd’hui, dans les cas les moins contraignants (enceinte privée en zone rurale sans proximité de zone sensible ou aéroport), les vols peuvent se dérouler sans autorisation particulière (exceptée celle du propriétaire du lieu).

 

Et sur le plan des investissements ?

© Robots&cie

Un équipement en drone nécessite donc un investissement financier et en formation :

  • A partir de 1400 € HT environ pour le matériel (drone « professionnel » + caméra + logiciels « de base »…)
  • A partir de 750 € HT environ pour la formation (avant aides à la formation professionnelle)
  • De 1 journée de formation environ,

 

En synthèse

Pour une utilisation professionnelle de drone :

  • Un brevet de Pilote de drones est donc nécessaire.
  • Un investissement financier et en temps de formation doit être pris en compte
  • Pour chaque intervention, une analyse de site doit être réalisée et des autorisations éventuellement demandées

Cet équipement est aujourd’hui devenu beaucoup plus accessible, tant sur le plan de l’investissement que des contraintes de vol.

 

Les bénéficesLes limites
  • Rapidité et coût d’intervention (1 seul homme sans matériel « lourd »)
  • Large plage d’intervention (temps froid possible, accès difficile)
  • Image de l’entreprise
  • Développements de prestations pour le compte de tiers
  • Le coût global
  • La durée de formation
  • Les contraintes réglementaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>